La méthode du “Flocon de neige” pour écrire un roman

Introduction

Pour inaugurer la nouvelle rubrique “Traduction d’articles US”, quoi de mieux que le fameux article de Randy Ingermanson sur la méthode du Flocon de neige pour écrire un roman ?

 Voici donc la traduction intégrale de l’article “The Snowflake Method For Designing A Novel, dans lequel Randy Ingermanson explique la méthode qu’il a élaborée pour construire et écrire un roman. Cette traduction a été personnellement approuvée par Randy, merci à lui pour sa confiance !

 Il n’y a aucun ajout, aucune suppression et aucun commentaire par rapport à la version anglaise du site www.advancedfictionwriting.com. Je précise que je ne reçois aucune rémunération pour la publication de cet article ou pour les liens commerciaux postés ici.

 Bonne lecture, et surtout bonne écriture de votre roman avec la méthode du Flocon de neige !

La Méthode du Flocon de neige pour écrire un roman

Ecrire un roman, c’est facile. Ecrire un bon roman, c’est difficile. C’est comme ça. Si c’était facile, nous écririons tous des best-sellers et des romans dignes des plus grands prix littéraires.

Honnêtement, il existe des milliers de personnes différentes qui peuvent vous dire comment écrire un roman. Il y a des milliers de méthodes différentes. La meilleure est celle qui fonctionne pour vous.

Dans cet article, je voudrais partager avec vous ce qui fonctionne pour moi. J’ai publié six romans et gagné une douzaine de prix pour mes écrits. J’enseigne fréquemment l’art de l’écriture de fiction pendant des conférences. Une de mes conférences la plus populaire est celle-ci : “Comment écrire un roman en utilisant ce que j’appelle la méthode du « Flocon de neige »”.

Cette page est la plus populaire de mon site internet et reçoit plus de mille visites par jour, donc vous devinez que beaucoup de personnes la trouvent utile. Mais il est possible que ce ne soit pas le cas pour vous, et ça ne me dérange pas. Jetez-y un coup d’oeil, décidez ce qui pourrait fonctionner pour vous et ignorez le reste ! Si ça vous révulse, je ne me sentirai pas insulté. Des écrivains différents sont différents. Si ma méthode vous permet d’avancer, j’en serai heureux. Je vais défendre au mieux ma façon d’organiser les choses, mais vous êtes le juge final de ce qui marche le mieux pour vous. Amusez-vous et … écrivez votre roman !

L’importance de la conception

Les bonnes histoires n’apparaissent pas par magie, elles sont construites. Vous pouvez construire le design de votre roman avant ou après l’écriture. J’ai testé les deux et je suis convaincu que le faire avant la rédaction est plus rapide et mène à un meilleur résultat. La conception du roman est un travail difficile, il est donc important de trouver au plus tôt la bonne ligne directrice. Cet article vous propose une métaphore puissante pour guider cette conception.

Notre question fondamentale est la suivante : Comme concevoir un roman ?

Pendant de nombreuses années, en tant qu’architecte logiciel, j’ai travaillé sur de grands projets de logiciels. J’écris des romans comme j’écris des logiciels, en utilisant la “métaphore du Flocon de neige”. OK, c’est quoi la “méthode du Flocon de neige” ? Avant d’aller plus loin, allez voir ce site internet très sympa.

flocon de neige gros rouge

En haut de la page, vous verrez un joli motif connu sous le nom de fractale de flocon de neige. Ne le dites à personne, mais c’est un objet mathématique important qui a été largement étudié. Mais pour rester dans l’objectif de cet article, c’est seulement un dessin sympa de flocon de neige. Si vous descendez un peu sur cette même page web, vous verrez un espace avec un grand triangle à l’intérieur et des flèches dessous. Si vous cliquez sur la flèche de droite à plusieurs reprises, vous verrez les étapes nécessaires pour créer le flocon de neige. Ca ne ressemble pas beaucoup à un flocon au début, mais après plusieurs étapes, ça y ressemble de plus en plus jusqu’à ce que ce soit fini.

Les premières étapes ressemblent à ça :

Je défends l’idée que c’est de cette manière qu’on construit un roman — vous commencez petit et ensuite vous construisez étape par étape jusqu’à ce que ça ressemble à une histoire. Une partie de ce processus est du travail créatif et je ne peux pas vous l’enseigner. Pas ici, en tout cas. Mais pour le reste, c’est seulement une bonne gestion de votre créativité — l’organiser dans un roman bien structuré. C’est ce que je voudrais vous enseigner ici.

Si vous êtes comme la plupart des gens, vous passez beaucoup de temps à penser à votre roman avant même de commencer à écrire. Peut-être faites-vous des recherches. Vous rêvez tout.e éveillé.e sur comment votre histoire va se dérouler. Vous vous creusez la tête. Vous commencez à entendre les voix des différents personnages. Vous réfléchissez à ce dont parle vraiment le livre — le thème profond. C’est une étape essentielle de chaque livre que j’appelle “compostage”. C’est un processus informel et chaque écrivain le fait différemment. Je vais partir du principe que vous savez comment composter vos idées, que vous avez déjà un roman bien composté dans la tête et que vous êtes prêt.e.s à vous asseoir et à commencer à l’écrire.

Les dix étapes du design

Mais avant de commencer à écrire, il faut vous organiser. Vous devez coucher toutes ces idées géniales sur le papier sous une forme que vous pourrez utiliser. Pourquoi ? Parce que votre mémoire est faillible, et votre créativité a certainement laissé pas mal de trous dans votre histoire — des trous qui devront être comblés avant que vous ne commenciez à écrire. Vous avez besoin d’un document de conception. Et vous avez besoin de le produire en utilisant un processus qui ne tue pas votre envie d’écrire cette histoire. Voici mon processus en dix étapes pour écrire un document de conception. Je l’utilise pour écrire mes romans et j’espère que cela va vous aider.

Etape 1) Prenez une heure et écrivez un résumé de votre roman en une phrase. Quelque chose comme ça : “Un physicien rebelle voyage dans le passé pour tuer l’apôtre Paul.” (C’est le résumé de mon premier roman, Transgression). La phrase vous servira toujours en tant qu’outil de vente en dix secondes. C’est la vision globale, l’équivalent de ce gros triangle de départ dans l’image du flocon de neige.

Plus tard, quand vous écrirez une lettre de soumission pour votre livre, cette phrase devra apparaître très tôt dans la proposition. C’est l’accroche qui vendra votre livre à votre éditeur, à votre comité de lecture, aux vendeurs, aux libraires et finalement aux lecteurs. Alors écrivez la meilleure phrase que vous pouvez !

Quelques conseils pour écrire une bonne phrase :

  • Le plus court le mieux. Visez moins de 15 mots.
  • Pas de noms de personnages, s’il-vous-plaît ! Il vaut mieux dire “une trapéziste handicapée” que “Jane Doe”.
  • Liez l’histoire globale et l’histoire personnelle. Quel personnage a le plus à perdre dans cette histoire ? Maintenant, dites-moi ce qu’il ou elle veut acquérir.
  • Lisez les articles d’une ligne dans la liste des best-sellers du New York Times. Ecrire une description d’une phrase est une forme d’art.

Etape 2) Prenez une autre heure et développez cette phrase en un paragraphe complet qui décrit le contexte de l’histoire, les principaux drames et la fin du roman. C’est la seconde étape du Flocon de neige. Je préfère structurer une histoire en “trois drames plus une fin”. Chacun des drames se développe sur un quart du livre et la fin s’étend sur le dernier quart. Je ne sais pas si c’est la structure idéale, c’est seulement ma préférence personnelle.

Si vous êtes convaincu.e par la structure en trois actes, alors le premier drame est à la fin de l’acte 1. Le second est le point médian de l’acte 2. Le troisième drame est la fin de l’acte 2 et conduit à l’acte 3 qui permet de conclure. Il est possible que le premier drame soit causé par des circonstances extérieures, mais je pense que les second et troisième drames devraient être causés par les tentatives du protagoniste pour “régler les problèmes”. Les choses vont juste de plus en plus mal.

Vous pourrez également utiliser ce paragraphe dans votre proposition. Idéalement, votre paragraphe aura environ cinq phrases. Une phrase pour me donner le contexte et la situation initiale de l’histoire. Ensuite, une phrase pour chacun de vos trois drames. Enfin, une phrase de plus pour raconter la fin. Ne confondez pas ce paragraphe avec la quatrième de couverture de votre livre. Ce paragraphe résume toute votre histoire. Votre quatrième de couverture doit seulement résumer le premier quart de l’histoire.

Etape 3) L’étape ci-dessus vous donne une vue d’ensemble de votre roman. A présent, vous avez besoin de quelque chose de similaire pour les histoires de chacun de vos personnages. Les personnages sont l’élément le plus important de n’importe quel roman et le temps que vous investissez dans leur conception en amont paiera énormément quand vous commencerez à écrire. Pour chacun de vos personnages principaux, prenez une heure et écrivez un résumé d’une page qui raconte :

  • Le nom du personnage
  • Un résumé en une phrase de l’histoire du personnage
  • La motivation du personnage (que veut-il/elle de manière abstraite ?)
  • L’objectif du personnage (que veut-il/elle concrètement ?)
  • Le conflit du personnage (qu’est-ce qui l’empêche d’atteindre son objectif ?)
  • L’épiphanie du personnage ( que va-t-il/elle apprendre ? Comment va-t-il/elle changer ? )
  • Un résumé d’un paragraphe de son histoire dans le roman

Un point important : il se peut que vous trouviez nécessaire de revenir en arrière et de retravailler votre résumé d’une phrase et/ou votre résumé d’un paragraphe. Allez-y ! C’est bien — ça veut dire que vos personnages vous apprennent des choses sur votre histoire. C’est toujours acceptable à n’importe quelle étape du processus de conception de revenir et de retravailler les étapes précédentes. En fait, ce n’est pas seulement acceptable — c’est inévitable. Et c’est bien. Quelles que soient les corrections que vous faites maintenant, ce sont des corrections que vous n’aurez pas à faire plus tard sur un manuscrit maladroit de 400 pages.

Un autre point important : ça n’a pas à être parfait. Le but de chaque étape du processus de conception est de vous faire avancer à l’étape suivante. Gardez votre élan ! Vous pourrez toujours revenir plus tard et corriger une fois que vous comprenez mieux l’histoire. Vous le ferez aussi, sauf si vous êtes beaucoup plus intelligent que moi.

Etape 4) A ce stade, vous devriez avoir une bonne idée de la structure globale de votre roman et vous n’y avez passé qu’un jour ou deux. Bon, honnêtement, vous avez peut-être passé jusqu’à une semaine, mais ce n’est pas grave. Si l’histoire ne se tient pas, vous le savez maintenant, plutôt qu’après avoir investi 500 heures dans un premier jet décousu. Maintenant, continuez à développer l’histoire. Prenez plusieurs heures et développer chaque phrase de votre résumé d’un paragraphe en un paragraphe complet. Tous les paragraphes, sauf le dernier, doivent se terminer par un drame. Le dernier paragraphe doit raconter comment le livre finit.

C’est un exercice amusant et à la fin, vous avez un squelette d’une page convenable pour votre roman. Ce n’est pas grave si vous n’arrivez pas à tout faire tenir sur une page avec un interligne simple. Ce qui importe, c’est que vous développiez les idées qui vont constituer votre histoire. Vous développez les conflits. A présent, vous devriez avoir un synopsis acceptable pour une proposition, même s’il y a de meilleures alternatives pour les propositions aux éditeurs.

Etape 5) Prenez une journée ou deux et rédigez une description d’une page pour chaque personnage principal et d’une demi-page pour les autres personnages importants. Ces “synopsis-personnages” doivent raconter l’histoire du point de vue de chaque personnage. Comme toujours, n’hésitez pas à revenir vers les étapes précédentes et à faire des corrections quand vous apprenez de nouvelles choses sur vos personnages. En général, j’apprécie particulièrement cette étape et dernièrement, j’ai joint les “synopsis-personnages” dans mes envois à la place du synopsis-intrigue. Les éditeurs adorent les synopsis-personnages, parce que les éditeurs adorent la fiction basée sur les personnages.

Etape 6) Désormais, vous avez une histoire solide et plusieurs trames, une pour chaque personnage. Maintenant, prenez une semaine et développez votre synopsis-intrigue d’une page en un synopsis de quatre pages. En gros, vous allez développez de nouveau chaque paragraphe de l’étape 4 en une page complète. C’est amusant car vous découvrez la logique d’ensemble de l’histoire et vous prenez des décisions stratégiques. A ce moment-là, il est certain que vous allez vouloir revenir en arrière et corriger des éléments des premières étapes au fur et à mesure que l’histoire devient plus claire et que de nouvelles idées s’imposent à vous.

Etape 7) Prenez une autre semaine et développez vos descriptions de personnages en dossiers exhaustifs qui détaillent tout ce qu’il y a à savoir sur chaque personnage, les informations standards comme la date de naissance, la description, l’histoire, la motivation, l’objectif, etc. mais aussi des informations plus complexes, par exemple,  comment ce personnage va-t-il/elle changer d’ici la fin du roman ? C’est un développement de votre travail de l’étape 3, et cela va vous apprendre beaucoup sur vos personnages. Vous allez sûrement revenir en arrière et corriger les étapes 1 à 6 quand vos personnages vont devenir “réels” pour vous et commencer à faire des demandes pétulantes sur l’orientation de l’histoire. C’est bien — la bonne fiction est menée par ses personnages. Prenez autant de temps que nécessaire pour faire cela, parce que vous gagnez juste du temps pour la suite. Quand vous avez terminé ce processus (et ça peut prendre un mois entier de vrais efforts pour y arriver), vous avez presque tout ce dont vous avez besoin pour une proposition. Si vous êtes un auteur publié, alors vous pouvez écrire une proposition maintenant et vendre votre roman avant de l’écrire. Si vous n’êtes pas encore publié, alors vous devez écrire votre roman en entier avant de pouvoir le vendre. Non, ce n’est pas juste, mais la vie n’est pas juste et le monde de l’écriture de fiction est particulièrement injuste.

Etape 8) Vous pouvez, ou pas, faire une pause à ce moment-là, en attendant que le livre soit vendu. Mais à un moment, il va falloir écrire ce roman. Avant de faire cela, il y a deux choses que vous pouvez faire pour faciliter la rédaction de ce premier jet traumatisant. La première chose à faire est de reprendre le synopsis de quatre pages et de faire une liste de toutes les scènes dont vous aurez besoin pour transformer votre histoire en un roman. Et la manière la plus facile de faire cette liste est… avec un tableur.

Pour une raison ou pour une autre, c’est effrayant pour beaucoup d’écrivains. Oh, l’horreur. Faites face. Vous avez appris à utiliser un logiciel de traitement de texte. Les tableurs sont plus faciles. Vous avez besoin de faire une liste de scènes et les tableurs ont été inventés pour faire des listes. Si vous avez besoin d’aide, achetez un livre. Il y en a des milliers, et l’un d’eux fonctionnera pour vous. Ca devrait prendre moins d’une journée pour apprendre ce dont vous avez besoin. Faites-le.

Faites une feuille de calcul qui détaille les scènes qui émergent de votre synopsis-intrigue en quatre pages. Faites une ligne pour chaque scène. Dans une colonne, notez le personnage à travers lequel est vu la scène. Dans une autre (large) colonne, dites ce qui se passe. Si vous voulez faire du zèle, ajoutez plus de colonnes qui disent par exemple combien de pages vous pensez écrire pour la scène. Une feuille de calcul est idéale, car vous pouvez voir toute les trames en un seul coup d’oeil, et c’est facile de réarranger les scènes pour en changer l’ordre.

Mes feuilles de calcul finissent en général par faire plus de 100 lignes, une ligne pour chaque scène du roman. Au fur et à mesure que je développe l’histoire, je fais de nouvelles versions de ma feuille de calcul. C’est incroyablement précieux pour analyser une histoire. Ca peut prendre une semaine pour faire un bon tableau. Quand vous avez fini, vous pouvez ajouter une nouvelle colonne pour le numéro de chapitre et assigner un chapitre à chaque scène.

Etape 9) (Facultative. Je ne fais plus cette étape.)

Revenez à votre logiciel de traitement de texte et commencez à écrire une description narrative de l’histoire. Prenez chaque ligne de la feuille de calcul et développez-là dans une description de plusieurs paragraphes de la scène. Ajoutez-y toutes les lignes de dialogue sympa qui vous viennent à l’esprit et esquissez l’essentiel du conflit de la scène. S’il n’y a pas de conflit, vous le saurez ici et vous devez soit en ajouter soit oublier la scène.

J’avais l’habitude d’écrire une ou deux pages par chapitre et je débutais chaque chapitre sur une nouvelle page. Ensuite, j’imprimais le tout et je le mettais dans un classeur pour pouvoir facilement changer l’ordre des chapitres plus tard ou corriger des chapitres sans qu’il y ait d’impact sur les autres. Ce processus me prenait en général une semaine et le résultat était un gros document imprimé de 50 pages que je corrigeais à l’encre rouge au cours de l’écriture du premier jet. Toutes les bonnes idées que j’avais au réveil finissaient écrites à la main dans ce document. Et ça, d’ailleurs, est une façon assez indolore d’écrire le synopsis détaillé tant redouté que tous les écrivains ont l’air de haïr. Mais en fait, c’est très amusant à développer si vous avez fait les étapes 1 à 8 d’abord. Quand je faisais cette étape, je ne montrais ce document à personne, surtout pas à un éditeur — c’était seulement pour moi. J’aime penser à ce document comme à un prototype du premier jet. Imaginez écrire un premier jet en une semaine ! Oui, vous pouvez le faire et ça vaut le temps passé. Mais je vais être honnête, je ne pense plus avoir besoin de cette étape, alors je ne la fais plus.

Etape 10) A ce stade, asseyez-vous et commencer à taper le premier vrai brouillon de votre roman. Vous serez étonné.e par la vitesse à laquelle votre histoire va jaillir de vos doigts. J’ai vu des écrivains tripler leur vitesse d’écriture de fiction en une nuit, en produisant des premiers brouillons de meilleure qualité que ce qu’ils produisent normalement au troisième brouillon.

Peut-être pensez-vous que toute la créativité a été extraite de l’histoire après tout ça. Et bien non, sauf si vous avez poussé beaucoup trop loin l’analyse quand vous avez écrit votre Flocon de neige. C’est censé être la partie la plus amusante car il y a plein de petits problèmes logiques à résoudre ici. Comment le héros réussit-il à s’échapper de cet arbre entouré d’alligators et à sauver l’héroïne qui est dans la barque en feu ? C’est le moment de le déterminer ! Et c’est amusant parce que vous savez déjà que la structure globale de votre roman fonctionne. Donc vous n’avez qu’un ensemble limité de problèmes à résoudre et vous pouvez donc écrire assez rapidement.

Cette étape est incroyablement amusante et excitante. J’ai entendu beaucoup d’auteurs de fiction se plaindre de la difficulté de l’écriture du premier jet. Et à chaque fois, c’est parce qu’ils n’ont aucune idée de ce qui va se passer ensuite. Bon sang ! La vie est trop courte pour écrire comme ça ! Il n’y a aucune raison de passer 500 heures à écrire un premier jet bancal quand vous pouvez en écrire un robuste en 150 heures. En comptant les 100 heures nécessaires pour faire les documents de conception, vous y gagnez toujours.

Environ à la moitié du premier jet, je fais en général une pause et je corrige tous les éléments de mes documents de conception. Oui, les documents de conception ne sont pas parfaits. Ce n’est pas grave. Ils ne sont pas gravés dans la pierre, c’est un ensemble de documents vivants qui évoluent au fur et à mesure que votre roman se développe. Si vous faites bien votre travail, à la fin du premier jet, vous rirez quand vous lirez vos documents de conception originaux qui vous sembleront amateurs et creux. Et vous serez enthousiasmé par la profondeur que vous avez atteint avec votre histoire.

Au cours des années, j’ai enseigné la méthode du Flocon de neige à des centaines d’écrivains pendant des conférences. Ca fait un long moment que cet article est posté sur mon site internet et la page a été vue plus de 2 400 000 fois. Beaucoup, beaucoup d’auteurs m’ont parlé de cette méthode. Certains l’adorent, d’autres non. De mon point de vue, si ça marche pour vous, alors utilisez-là. Si seules certaines parties marchent pour vous, alors n’utilisez que ces parties-là. J’écris mes propres romans en utilisant la méthode du Flocon de neige. Ne vous méprenez pas — c’est pas mal de travail. Pendant longtemps, je l’ai fait à la dure, en utilisant Microsoft Word pour écrire le texte et Microsoft Excel pour gérer la liste de scènes. Malheureusement, aucun de ces deux outils ne connait la structure de la fiction. Finalement, j’ai réalisé que ce serait beaucoup plus facile d’avancer avec cette méthode si les outils étaient construits spécialement pour l’écriture de fiction.

Alors un jour, j’ai décidé de créer ce logiciel. Je voulais quelque chose qui automatiserait chaque étape qui pouvait l’être. Le résultat est le logiciel commercial que j’ai appelé le Snowflake Pro. Il rend ma propre conception de roman extrêmement facile, et maintenant il fait cela pour des tonnes d’autres auteurs.

logiciel snowflake

Snowflake Pro rend la méthode du Flocon de neige rapide, simple et amusante. Il fonctionne sur Mac, Windows, et Linux. En ce moment, je fais une promotion spéciale qui donne une réduction de 50% sur ce super logiciel pour tous ceux qui ont déjà un exemplaire de mon livre Writing Fiction for Dummies.

 

Différentes manières d’utiliser le Flocon de neige

Est-ce que, en ce moment-même, vous luttez avec un horrible premier jet de votre roman, qui vous semble sans espoir ? Prenez une heure et résumez votre histoire en une phrase. Est-ce que les choses sont plus claires ? Vous avez fait la première étape de la méthode du Flocon de neige et ça n’a pris qu’une heure ! Pourquoi ne pas essayer quelques-unes des étapes suivantes pour voir si votre histoire ne va pas soudainement prendre vie ? Qu’avez-vous à perdre, si ce n’est un premier jet horrible que vous haïssez déjà ?

Etes-vous le genre d’auteur qui écrit son roman d’une traite et maintenant vous fixez une énorme pile de manuscrits qui ont désespérément besoin d’une réécriture ? Réjouissez-vous ! Votre roman est terminé, n’est-ce pas ? Vous avez fait quelque chose dont de nombreux auteurs ne font que rêver. Maintenant, imaginez que vous rencontriez par hasard un éditeur de renom dans un ascenseur et qu’il vous demande de quoi parle votre roman. En quinze mots ou moins, qu’est-ce que vous diriez ? Prenez votre temps ! C’est un jeu difficile. Que diriez-vous ? Si vous arrivez à une réponse en une heure… vous venez de passer la première étape de la méthode du Flocon ! Pensez-vous que les autres étapes pourraient vous aider à mettre un peu d’ordre dans ce manuscrit ? Essayez. Qu’avez-vous à perdre ?

Est-ce que vous venez de recevoir une longue lettre cauchemardesque de votre éditeur qui détaille toutes les choses qui ne fonctionnent pas dans votre roman ? Est-ce que vous vous demandez comment vous allez pouvoir faire tous les changements avant votre échéance impossible à tenir ? Il n’est jamais trop tard pour utiliser la méthode du Flocon de neige. Pourquoi ne pas prendre une semaine pour accomplir toutes les étapes tout de suite ? Ce travail clarifiera les choses et ensuite, vous aurez un plan pour exécuter toutes ces corrections. Je parie que vous le ferez en un temps record. Et je parie que le livre en ressortira même meilleur que ce vous imaginiez.

Si la méthode du Flocon de neige fonctionne pour vous, j’aimerais entendre votre témoignage. Vous pouvez me joindre par la page Contact de mon site internet.

Remerciements : Je remercie mes nombreux amis de la liste Chi Libris et en particulier Janelle Schneider pour les nombreuses discussions sur le Flocon de neige et sur beaucoup d’autres choses.

Bien cordialement,

signature randy

Randy Ingermanson, Ph.D.

 

Vous voulez en savoir plus sur la méthode du Flocon de neige ?

book how to

Allez voir mon dernier best-seller, How to Write a Novel Using the Snowflake Method. Ce livre est un outil d’enseignement différent. Il utilise une histoire pour vous MONTRER comment écrire un roman, plutôt que de vous DIRE comment écrire un roman. J’ai utilisé la méthode du Flocon de neige pour m’aider à écrire ce livre et à la fin, vous avez accès au Flocon de neige que j’ai conçu pour le livre, exactement de la manière dont je l’ai écrit.

Si vous apprenez mieux par l’exemple, vous devriez aimer ce livre. Il raconte l’histoire d’une jeune femme qui a rêvé toute sa vie d’écrire un roman. Ses parents lui ont toujours dit que l’écriture de fiction était “irréaliste” et ils l’ont forcée à passer un diplôme raisonnable. Mais maintenant qu’elle est mariée et qu’elle a deux enfants à l’école, elle décide de faire quelque chose pour elle-même, pour une fois dans sa vie. Elle va écrire ce roman, et personne ne va l’arrêter. La seule chose qui risque de l’arrêter est elle-même.

Sur l’auteur

photo randy

Randy Ingermanson est un physicien théoricien et l’auteur primé de six romans. Il a enseigné dans de nombreuses conférences sur l’écriture et publie le mensuel gratuit Advanced Fiction Writing E-zine, le plus important magazine en ligne sur l’art d’écrire de la fiction, avec plus de 13 000 lecteurs.

 

Découvrez les autres articles du blog sur l’écriture !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s